Réflexion sur la notion d’école par S.Pujol

Simon Pujol, le professeur de Goshinkai d’Albi nous a récement gratifié d’un très bon article sur son blog que nous avons le plaisir de relaiyer ici.

Vous trouverez cette article sur le site du Goshinkai d’Albi : plus qu’une association : une École

Publié sur Goshinkaï Albi le 2 aout 2014 :

L’été a déjà bien commencé, étant au repos avant mon départ dans quelques jours au Japon, des sujets reviennent à mon esprit, notamment la construction de soi à travers les Budo.

J’ai toujours pensé que les Arts Martiaux avaient fait de moi l’homme que je suis. Bon ou mauvais, à vous de voir. Mais indéniablement, leurs valeurs tels qu’on me les a enseignées sont devenues miennes : travail, persévérance, efficience, fidélité, honneur, combativité ou encore sensibilité.

Mon professeur Alain a toujours insisté sur ce qu’il appelle les Arts Corporels Educatifs, ou comment s’élever en tant qu’homme à travers la pratique de techniques et méthodes passant par le corps.

Ce « véhicule » ou « moyen d’accès » m’a toujours parlé. Un corps raidi par la pratique peu rendre un esprit raide, un tempérament mou va provoquer un physique mou, une sensibilité de cœur va faciliter une sensibilité du corps.

Je pense que nous sommes dans les Dojo par désir de développer notre potentiel combatif et corporel mais plus encore. Si ce n’était que cela nous serions sur d’autres chemins.

Avec la technique, c’est les valeurs que véhicule l’enseignant qui sont importantes. C’est à ce moment que la notion d’École apparait. Je pense que la technique n’appartient à personne, mais « l’Esprit » du Dojo est réellement ce qui distingue un groupe d’un autre.

Je reprendrais ce que j’ai compris de l’enseignement de certains Maitre, sans l’esprit et les valeurs des Budo nous serions simplement dans le monde de la technique et du physique. Nous passerions à côté d’une énorme richesse mise à notre porté par nos ainés.

Je ne prétends aucun résultat probant, mais malgré tout, dans les cours que je dispense, j’essaye de faire passer certaines valeurs, qui sont miennes, qui sont celles de mes enseignants, qui sont celles de mon Ecole.

Je crois qu’à mon échelle c’est aussi cela qui est important, amener les gens vers plus de liberté, plus d’écoute de leur sensibilité et de leur corps.

Plus mon travail technique avance et plus je sens des changements en moi et dans ma vie de tous les jours, dans mes rapports avec le Monde.

Je le ressens aussi parfois chez mes élèves et j’en suis fier. Pour cela je les en remercie infiniment.

 

 

 

Leave a Reply