Signification des « grades »

« Dan » signifie que vous avez fait une démarche d’apprentissage, ainsi qu’une volonté de travailler sur votre égo. On pourrait traduire ce mot par « une marche d’un escalier » ou « un barreau d’une échelle ».

Selon les niveaux, les grades ne s’attribut pas toujours en fonction des prouesses physiques, mais en fonction des progrès effectués par rapport au point de départ et surtout par rapport à la maturité correspondant au grade sollicité.

Nous ne sommes pas tous égaux en capacités physiques. L’attribution d’un grade est un suivi régulier de l’évolution d’un pratiquant, dans son adaptation face aux obstacles, dans sa détermination et dans sa ténacité sur le long terme.

Chaque « apprenant » est différent et il faut en tenir compte ; malgré tout, il y a des programmes progressifs avec des difficultés et des détails de complexités croissants.

On ne devient pas « plus fort » avec un grade supérieur, mais on se situe sur un plan. On voit quel chemin on a parcouru et dans quelle direction aller.

Il y a une notion philosophique et un intérêt grandissant à mieux se connaître.

L’étudiant doit regarder à l’intérieur de lui-même.

L’étudiant ne doit pas être inquiet à propos de son grade, il doit faire confiance au « senseï » qui s’occupe de ça.

Le grade ne représente pas un rang, mais un niveau, une aptitude, une compétence dans le domaine des arts martiaux. La responsabilité d’un « yudansha », détenteur de grades « dan », est de promouvoir et d’encourager la pratique de sa discipline, et de respecter les autres pratiquants des autres arts martiaux.

 

Voici la signification des grades pour le Goshinkai-Ju-Jutsu, sans doute similaire à d’autres disciplines :

1er Degré (Shodan 初段) « Kenshuin » Étudiant. Age minimum 17 ans.

Le terme « shodan » est également utilisé dans les arts culturels tels que les arrangements floraux (ikebana); calligraphie (shodō); et cérémonie du thé (sadō).

Le « shodan » commence vraiment ; il a les capacités de base afin de reproduire la gestuelle et les formes nécessaires à la pratique.

On peut aussi dire que le « shodan » est arrivée en haut d’un col et qu’il découvre la beauté et l’immensité de la montagne. Il a donc une autre conception du « shodan » que lorsqu’il le convoitait.

Remise de diplôme à Kumamoto, au Nitto Ryu.1990

Le « Kenshuin » est un étudiant qui entreprend des études approfondies avec les bases qu’il a acquises durant les quatre dernières années.

Le temps de pratique entre le grade précédent et le 1er degré est d’au moins 18 mois.

Dans le temps ce niveau correspond environ à la 4ème Saison de pratique, soit 700 h. de pratique régulière.

Matérialisation par 1 barrette sur la ceinture noire.

 

2ème Degré (Nidan ) « Shidoin » Étudiant qualifié. Age minimum 19 ans

Avec Kaméo Yonehara sensei 1990.

L’étudiant(e) est admis pour des études avancées. Son orientation va souvent dans le sens de l’efficacité. Il est plus rapide dans son exécution mais il se rend compte du chemin qu’il lui reste à parcourir. Généralement, et en fonction de chaque individu, il est aussi dur avec les autres qu’avec lui-même.

Le niveau de conscience augmente un peu, il doit pouvoir analyser ce qu’il ressent. 1 an après avoir obtenu ce grade, le pratiquant est capable de faire le point sur sa destinée dans les arts martiaux ; choix de continuer ou d’arrêter.

Dans le temps ce niveau correspond à la 6ème Saison de pratique, soit 1100 h de pratique régulière

Temps de pratique minimum entre le 1er degré et le 2ème degré est de 2 ans.

Matérialisation par 2 barrettes sur la ceinture noire. 

 3ème Degré (Sandan 参段) « Sempaï » (ancien) Praticien Age minimum 22 ans

En orient, on dit que le postulant est devenu « disciple », il s’oriente avec le cœur et ne l’exprime pas par des mots, mais par son attitude.

Le « sempaï » sait qu’il s’engage sur du long terme et il ne cesse de chercher.

Le « sandan » a décidé de sa direction ; la relation avec le maître de l’école est libre de tout passif, donc plus intense et plus pure.

Il se sent bien dans sa discipline et sait comment travailler les détails pour progresser, ce qui peut parfois le conduire à une surestimation de lui-même. Pourtant le niveau de conscience et le niveau philosophique commencent à être intéressant, parfois, supérieurs à la moyenne. Le « Sandan » est capable d’exécuter mais surtout de subir une grande variété de techniques. C’est l’assistant idéal.

Temps de pratique entre le 2ème degré et le 3éme degré : environ 4 ans.

Matérialisation par 3 barrettes sur la ceinture noire.

 

4ème Degré (Yondan 四段) « Renshi » Expert Age minimum 27 ans

C’est le niveau où il est question de perfection technique et mentale à partir desquels l’initiation à la vraie maîtrise peut commencer.

Le « disciple » devient expert. Son potentiel technique est irréprochable, il peut être très efficace s’il le veut. Il a conscience qu’il est à la fois très fort et très faible. La vulnérabilité de l’être humain dans tous les domaines le préoccupe énormément.

Avec Rickson Gracie

Ses capacités techniques, peut parfois, le mener à une légère surestimation de lui-même.

A ce niveau, lorsque le « Yondan » voit une ouverture, il ne la rate pas.

La maturité doit être là. A l’école Goshinkaï, il est impossible d’obtenir ce grade sans maturité dans la compréhension de la tradition.

Temps de pratique entre le 3ème degré et le 4éme degré est de au moins 4 ans.

Matérialisation par 4 barrettes sur la ceinture noire.

 

5ème Degré (Godan ) « Kyoshi » Expert qualifié. Age minimum 35 ans

Avec Ibarra Sensei

C’est un expert confirmé sur les plans physique et moral. Il a déjà subi toutes les étapes précitées. On pourrait dire qu’il a été forgé, Il a donc une méthode de réflexion et de compréhension qui est différente de la moyenne des gens. Il doit pouvoir faire l’analyse nécessaire à comprendre les gens qu’il veut aider. S’il ne l’a pas déjà fait, il doit écrire une thèse sur sa pratique et il a une connaissance assez poussée en anatomie. Enseigner les arts martiaux sans connaître l’anatomie, c’est conduire une voiture sans frein. Il a exploité le maximum de son potentiel physique. Sur le plan technique, il s’intéresse plus au fond qu’à la forme. D’une manière ou d’une autre, il enseigne autour de lui.

 

En tout cas, il est de bonne volonté et il s’est beaucoup impliqué dans son école.

Temps entre le 4ème degré et le 5éme degré est d’au moins 5 ans.

Matérialisation par 5 barrettes sur la ceinture noire.

 

6ème Degré (Lokudan ) « Shihan » (modèle) Maître. Age minimum 45 ans.

On pourrait dire qu’il a tous les éléments pour être un véritable être humain. C’est-à-dire à l’échelle très humaine avec les défauts et les limites qui s’y rapportent. Il est à la recherche de la « compréhension ». Il a accepté les multiples paradoxes du genre humain.

Avec T. Obata sensei

Il sait qu’il doit être un modèle, malgré tout son niveau de conscience est perturbant pour les non-initiés qui le côtoient.

Le « Shihan » est quelqu’un qui enseigne avec une certaine influence idéologique. La maîtrise est orientée vers la domination de soi et la finesse technique.

Ceinture rouge et blanche.

 

7ème Degré (Shichidan 七 段) « Hanshi » Maître qualifié Age minimum 50 ans

Avec Yeun Yn Pok

Il a beaucoup de recule sur la vie et beaucoup d’expérience. Il sait prendre de la distance et connaît le détachement. Il a un haut niveau de conscience sur sa situation et sur ce qui l’entoure ; ce qui peut le rendre parfois un peu perplexe.

Le niveau de maîtrise a été expérimenté et assimilé. Il a un sens de la perception très développé ; qu’on pourrait appeler sensibilité.

Ceinture rouge et blanche

 

8ème Degré (Hachidan 八段) « Sokeï » Fondateur ou héritier.

ou «Kancho 館長» Directeur de l’école.

Avec Payet sensei.

Il personnifie l’école ou le style qu’il représente.

Il ne pratique plus la discipline, il est, la discipline.

Il est le garant de la tradition et du respect des règles dans son école.

Sa vision des évènements est parfois trop claire et trop sobre pour être comprise.

Ceinture rouge.

Je ne vois pas ce qu’il peut y avoir au-dessus du 8ème degré.

Sinon juste des titres honorifiques afin d’arriver au 10ème dan et sans explication sur le 9ème et le 10ème dan. Sans doute un attachement au système décimal.

Lorsque vous êtes « Kancho », vous dirigez l’école, donc que vous soyez 8éme ou 9éme « dan » ne change rien.

Le Kendo a limité l’échelle des « dan » à 8, et je comprends très bien cette démarche.

Il faut rester raisonnable et comprendre que nous restons des hommes uniquement. Donc nous ne sommes pas à l’abri des problèmes d’égo.

La sérénité et la philosophie dont on parle si souvent dans le Budo (arts martiaux) devraient se voir un peu plus. La simplicité, la stabilité mentale et la bonne volonté restent les ultimes qualités que nous devrions voir dans les arts martiaux.

A l’école Goshinkaï, nous essayons de suivre 7 principes qui sont : Fidélité dans ses engagements – Respect – Equilibre mental et physique – Volonté – Modestie – Auto-Observation – Ouverture d’esprit vers la sagesse.

Bien-sûr certains lecteurs ne comprendront pas pourquoi nous suivons des principes, mais ce sont juste des repères et une ligne directive dans ce monde à la dérive.

J’espère que ce texte vous aura apporté un peu d’éclaircissement sur l’évolution graduée dans les arts martiaux. Comme vous avez pu le constater, rien de mystique et rien en rapport avec le volume musculaire. J’espère également que vous n’avez pas lu uniquement la partie qui vous intéresse mais l’ensemble du texte.

 

 

One Response

  1. Payet jacques
    Payet jacques 15 octobre 2019 at 9 h 48 min | | Reply

    Excellent article. À lire et à méditer par tous pratiquants. Les grades ne sont que des repères pour nous aider dans la longue marche vers la perfection. Longue vie et longue pratique à tous et à toutes . En temps de doute pratiquer plus et plus vous pratiquerez les grades auront moins d’importance.

Leave a Reply